Diapositive 1 : (présentateur 1) - Titre
• Bonjour et bienvenue à cette présentation sur les Lignes directrices et exigences relatives au programme 01 : Services essentiels et principaux processus, également appelées LDEP 01.
• Avant de commencer, parlons brièvement du format de cette présentation. Elle prendra la forme d'une séance de questions au cours de laquelle vous verrez des diapositives où sont inscrites des questions liées aux LDEP, et plus particulièrement aux LDEP 01, suivies de leurs réponses. Nous y avons aussi intégré quelques vidéos de chefs de file des secteurs de la santé mentale des enfants et des jeunes (SMEJ), de la santé et de l'éducation pour appuyer certains des concepts présentés.
• La transcription de la présentation sera disponible sur demande en français et en anglais.
• Nous pouvons maintenant commencer.

Diapositive 2 : (présentateur 1) Qu'est-ce qu'un « document de lignes directrices et exigences relatives au programme (LDEP) »?

Diapositive 3 : (présentateur 2) Lignes directrices et exigences relatives au programme
• Commençons avec une question que plusieurs d'entre vous se posent probablement, soit « qu'est-ce qu'un document de LDEP »?
• Un document de lignes directrices et exigences relatives au programme fournit des renseignements clairs aux fournisseurs de services de SMEJ financés par le MSEJ à propos des attentes minimales relatives à un vaste éventail de sujets.
• Ces documents nous permettent ainsi de fournir de l'information claire et concise aux fournisseurs de services de SMEJ financés par le MSEJ partout en Ontario.
• Nous devons formuler des exigences minimales claires en matière de prestation des services essentiels dans chaque communauté afin d'assurer l'uniformité des services offerts à l'échelle locale.
• Une fois que les attentes minimales uniformisées à l'échelle provinciale seront clairement établies, les communautés locales auront la possibilité d'adapter les approches proposées à leur propre situation dans leur zone de services.

Diapositive 4 : (présentateur 1) Quel est le but de cette présentation?
• Cette présentation vise à clarifier les points suivants :
o Premièrement, nous souhaitons que les fournisseurs de services comprennent bien la nécessité d'offrir les services essentiels définis et principaux processus dans chaque zone de services de l'Ontario.
o Deuxièment, nous nous attendons à ce que les organismes responsables et les autres fournisseurs de services essentiels reconnaissent qu'il existe des attentes minimales provinciales en matière de services essentiels et de principaux processus relatifs à la SMEJ.
o Finalement, nous désirons que les organismes responsables et les autres fournisseurs de services essentiels comprennent clairement les tâches qu'ils devront accomplir et sachent où trouver de plus d'information.

Diapositive 5 : (présentateur 2) « Quel est le but des LDEP 01? »

Diapositive 6 : (présentateur 1) But
• Le travail sur les LDEP 01 a commencé en 2013 avec l'élaboration de l'ébauche du Cadre de prestation des services de santé mentale aux enfants et aux jeunes.
• Comme plusieurs d'entre vous s'en souviendront probablement, lorsque nous avons publié l'ébauche du Cadre, nous nous sommes engagés dans un processus d'engagement .
• Nous avons sollicité les commentaires des parents et des jeunes, ainsi que ceux d'un comité consultatif provisoire comprenant des chefs de file clés du secteur de la SMEJ, afin d'aider le ministère à déterminer les services essentiels.
• En nous appuyant sur ces commentaires et sur les résultats des consultations auprès de collègues du gouvernement, nous avons affiné le contenu du Cadre de prestation et décidé de publié les renseignements qui sont issus sous la forme d'une série de LDEP.
• Comme l'indique la diapositive, le but des LDEP 01 consiste à fournir des orientations aux organismes responsables et à tous les fournisseurs de services de SMEJ financés par le MSEJ qui offrent des services essentiels et exécutent les principaux processus.
• Les LDEP 01 renseignent ces deux principaux groupes d'intervenants à propos des éléments suivants :
o l'établissement de la population cible et du continuum des services et des soutiens fondés sur les besoins;
o la description des services essentiels qui seront offerts dans chaque zone de service, y compris leur population cible; et
o la présentation des principaux processus qui soutiennent ces services et des attentes minimales relatives aux services essentiels et aux principaux processus.

Diapositive 7 : (présentateur 2) « Qu'entend-on par des "services essentiels définis"? Pourquoi les définit-on? »

Diapositive 8 : (présentateur 1) Continuum des besoins
• Chaque personne se trouve quelque part le long du continuum de la santé mentale. L'endroit où se situe une personne dans ce continuum peut varier en fonction de circonstances, de difficultés ou de périodes de stress particulières qu'elle vit à un moment précis.
• Cette diapositive offre un aperçu du continuum des besoins dans le spectre de la SMEJ et des niveaux d'intensité correspondants.
• Afin de répondre à tous les besoins particuliers dans l'ensemble du continuum, il est nécessaire que tous les fournisseurs de services de SMEJ d'une zone de services donnée se partagent les responsabilités.
• À cette fin, les personnes qui travaillent dans les écoles, les hôpitaux et les bureaux de santé publique, de même que les fournisseurs de services de santé mentale de la communauté, ont un rôle important à jouer. Nous devrons faire appel à la collaboration de tous ces organismes pour répondre aux besoins des enfants et des jeunes aux prises avec des problèmes de santé mentale en Ontario.
• Comme nous travaillons tous ensemble, nous savons que la collaboration à l'échelle locale et communautaire est plus efficace quand les fournisseurs de services savent qui fait quoi et quels secteurs dispensent le plus efficacement les divers services particuliers.
• Par exemple, un bureau de santé publique peut être l'établissement le mieux placé pour offrir des programmes de santé mentale universels aux personnes situées au niveau le moins intensif du continuum, soit le niveau 1, alors qu'un hôpital peut être l'établissement le mieux à même de dispenser des services aux clients se trouvant au niveau 4 du continuum, comme des soins psychiatriques intensifs.

Diapositive 9 : (présentateur 2) La définition des services permettra au MSEJ de :
Voici pourquoi il est si important de définir les services essentiels :
• Nous savons que les parents, les soignants et les jeunes sont souvent frustrés lorsqu'ils essaient d'obtenir des services de santé mentale. Ils vivent une période difficile et ils devraient pouvoir trouver facilement de l'aide.
• C'est pour cette raison que le gouvernement a défini un ensemble de « services essentiels » de SMEJ pour faire en sorte que peu importe l'endroit où vit une famille en Ontario, elle saura quels services de santé mentale sont disponibles.
• En outre, la définition des services essentiels accroît l'uniformité partout dans la province, précise les attentes minimales et augmente la reddition de comptes au sein du système. La définition des services essentiels pour le secteur de la SMEJ à l'échelle communautaire contribuera à clarifier l'information offerte aux familles et atténuera la confusion.
• Ces services essentiels et principaux processus appuient les jugements indépendants à propos des interventions particulières effectuées chaque jour par les cliniciens. Les principaux processus comme l'accès, l'admission, la coordination des services et la planification de la transition sont conçus pour s'inscrire dans une approche et une interprétation uniformes pour tous les fournisseurs de services de SMEJ de l'Ontario.
• La diapositive 10 présente les 7 services essentiels et les 8 principaux processus.

Diapositive 10 : Services essentiels et principaux processus (visionnement seulement)
• (présentateur 1) Voici une brève vidéo dans laquelle Humphrey Mitchell, le directeur général du Peel Children's Centre, explique en quoi la définition des services essentiels constitue un jalon important pour les enfants, les jeunes et les familles de l'Ontario.

Vidéo : Et bien, l'une des questions cruciales qui est associée à la santé mentale des enfants dans la province de l'Ontario et qui existe depuis aussi longtemps que je suis en activité, et cela remonte à 1980, c'est que chaque communauté offrait une gamme de services différente et que les familles et les autres personnes vivant dans la communauté qui avaient besoin de tels services ne savaient pas vraiment à quoi s'attendre, ou comment accéder à ces services. Par conséquent, un des rêves que moi et d'autres de mes collègues caressions depuis des dizaines d'années, littéralement, c'était que la province établisse une série de services essentiels qui seraient accessibles n'importe où dans la province de l'Ontario à chaque enfant, jeune et à leurs familles. Et maintenant nous sommes arrivés à cette étape, nous en sommes à son début, mais nous allons effectivement avoir des communautés à travers la province qui proposent les mêmes services aux familles et à leurs enfants, et ça c'est une énorme réussite.

Diapositive 12 : (présentateur 2) « Vous dites que les services essentiels doivent être disponibles dans chaque zone de services. Qu'est-ce qu'une zone de services? »

Diapositive 13 : (présentateur 1) Zones de services
• En 2014, le ministère a franchi une importante étape dans la mise en œuvre de son plan d'action Pour l'avancement de la santé mentale en dressant la liste des zones de service définies qui, dans la province, serviront de base à la prestation des services essentiels et à l'exécution des principaux processus.
• Les zones de service visent à garantir que tous les clients à l'échelle de la province pourront obtenir les mêmes services essentiels ainsi qu'à faciliter la planification et l'établissement de chemins d'accès aux services de santé mentale.
• À la suite de l'examen de diverses options (p. ex, les limites des RLISS, des conseils scolaires, et de la santé publique, etc.), ce sont les divisions de recensement de Statistique Canada qui ont finalement été recommandées en tant que zones géographiques. En place depuis un certain temps, elles sont suffisamment vastes et donnent accès à des données pertinentes et stables pour appuyer la planification des services de SMEJ.
• Les zones de service définies ne constituent pas un obstacle à l'obtention de services. Les enfants, les jeunes et les familles pourront accéder à des services à partir de n'importe quelle zone de services.
• (présentateur 2) Voici un bref message dans laquelle Mary Broga, directrice principale des soins de SMEJ au centre Hotel-Dieu Grace Healthcare, explique l'importance de définir un ensemble de services essentiels en matière de SMEJ à l'échelle provinciale à l'intention des fournisseurs de services locaux et décrit les répercussions d'une telle mesure sur la planification.

Vidéo : En établissant une définition provinciale des services essentiels, on met toutes les pendules à l'heure pour commencer. Et c'est important de savoir, même pour notre communauté locale, que nous ne travaillons pas de manière isolée à la conception, que nous suivons certaines lignes directrices provinciales. À mon avis, c'est très important pour la standardisation. Car maintenant que nous avons des définitions communes pour tous nos services essentiels, nous pouvons effectivement les programmer. Avons-nous des services de counselling et de thérapie, et pour quels âges? Où sont les manques, où avons-nous des chevauchements? Comment optimiser les dollars que nous avons pour desservir le plus d'enfants qui sont dans le besoin? Donc cela nous met autour d'une table où nous pouvons dire « : « Bon, maintenant je comprends ce que vous offrez et, franchement, je fais telle chose mais je pense que c'est inutile, je devrais plutôt me concentrer sur telle autre chose qui nous manque. » Cela donne donc l'occasion pour tous d'être très transparents sur leur offre, pour ce qui est du secteur de la santé mentale des enfants et des jeunes. Et de se rendre compte dans quel domaine on devra vraiment renforcer l'offre et où il faudra effectivement réaffecter certaines ressources afin de combler les graves lacunes. Je crois donc qu'il est important d'avoir cette conversation avec la communauté locale mais ce que cela permet aussi de faire, à plus grande échelle, c'est de faire valoir cette information au niveau provincial. Quel est notre bilan par rapport à l'amélioration de ces services essentiels et de leur volume, par rapport aux points de référence à travers la province, où en avons-nous plus, où en avons-nous moins, où faut-il faire des ajustements afin d'unifier le paysage par rapport aux autres fournisseurs de la province? Donc, donner ce cadre c'est vraiment utile et de savoir que nous ne travaillons pas en vase clos.

Diapositive 15 : (présentateur 1) « Quel sera le rôle des organismes responsables dans la prestation des services essentiels? »

Diapositive 16 : (présentateur 2)
• Un organisme responsable des services de SMEJ sera désigné dans chaque zone de services définie de l'Ontario, et son rôle consistera à assurer la prestation ou la sous-traitance de l'éventail complet des services essentiels définis en matière de SMEJ et financés par le MSEJ dans sa zone de services, et à veiller à la reddition de comptes des organismes sous-traitants.
• Sous la houlette d'un organisme responsable dans chaque zone de services :
• les parents, les fournisseurs de soins et les jeunes sauront quels services de SMEJ seront offerts et où exactement ils doivent se rendre pour les obtenir;
• le système de reddition de comptes sera précisé et le ministère pourra travailler avec un seul fournisseur de services dans chaque zone de services;
• d'autres partenaires en matière de SMEJ, notamment dans les domaines des soins primaires, de la santé publique, de la justice et de l'éducation, sauront à qui s'adresser pour établir des partenariats et des protocoles afin que les intervenants puissent répondre plus efficacement aux besoins des familles, des enfants et des jeunes en matière de santé mentale selon une formule axée sur l'intégration, la transparence et la coordination.
• (présentateur 1) Voici une brève vidéo dans laquelle la Dre Jean Clinton, professeure agrégée de clinique à l'Université McMaster et conseillère de la première ministre de l'Ontario et de la ministre de l'Éducation de l'Ontario, parle de l'importance de la mise en place d'organismes responsables et des possibilités que cela créera.

Vidéo : Très peu d'enfants ont des interactions avec autant de ministères différents. Nous avons passé en revue les études pour déterminer quel était le meilleur système de bien-être pour les enfants, y compris la santé mentale, il est clair que le point de départ consiste à promouvoir la santé, appuyer les parents, réduire le stress toxique dans les familles, ça c'est la santé publique, s'assurer que les parents apprennent… à lire à leurs enfants, ça c'est du ressort de nos centres de développement de la petite enfance. S'assurer que les besoins en matière de santé des enfants sont pris en charge, ça ce sont les soins primaires, puis, si on observe une certaine dérive, ou si l'enfant a des problèmes de comportement dans la garderie ou à la maternelle, il faut avoir des services de soutien là, on voit donc la dimension plurisectorielle… prendre en charge le bien-être et s'occuper des besoins en matière de santé mentale… pour ce groupe d'âge. J'avancerais pour tous les groupes d'âge, durant toute la vie, que l'on a besoin de tels partenariats pour les enfants. Mais en particulier compte tenu des lacunes, c'est une occasion idéale pour les organismes responsables de dire : « voyons où nous aboutissons en vérifiant l'hypothèse de forger des partenariats pour les petits de 0 à 6 ans ». En observant le nombre d'enfants dans notre province, disons que 20 % des enfants ont une forme de trouble mental. Ce que nous savons maintenant, c'est que chez les enfants de moins de 6 ans on voit aussi les mêmes proportions, environ 18 %. Cela représente environ un demi-million d'enfants. Nous n'avons pas, en tant qu'organisme responsable, en tant que pédopsychiatres, absolument pas les ressources nécessaires pour répondre seuls aux besoins de tous ces enfants. Il faut vraiment que ce soit la communauté. Et il y avait une excellente présentation par Rob Santos du Manitoba qui disait que la santé mentale des enfants doit figurer à l'ordre du jour des politiques de santé publique et que cette question c'est l'affaire de tous. En tout temps et en tout lieu. Et la façon dont les organismes responsables sont positionnés, on leur donne maintenant cette mission : « Bon, réunissez des gens. Vous ne devez pas faire tout le travail, mais rassemblez des gens pour que l'on puisse voir comment mettre de l'avant la question du bien-être mental des enfants. »

Diapositive 18 : (présentateur 1) « Quel est mon rôle si je fournis un service essentiel, mais que je ne suis pas l'organisme responsable? »

Diapositive 19 : (présentateur 2)
• Les fournisseurs de services locaux dans chaque zone de services offrent aux familles une grande diversité, une vaste expérience et une variété de programmes, et les organismes responsables devront sans contredit faire appel à leur expérience.
• À long terme, les décisions relatives au financement seront prises dans chaque zone de services de façon à favoriser la prestation efficace de services afin de répondre aux besoins des enfants et des jeunes en matière de santé mentale à l'échelle locale; pour y parvenir, il faudra compter sur les efforts et l'expertise d'un grand nombre d'organismes partenaires.
• À court terme, les organismes responsables devront participer aux activités de planification à l'échelle locale, être présents aux tables de planification et contribuer à mettre en place une approche cohérente en matière de prestations de services de SMEJ dans chaque zone de services.
• Nous savons qu'il est nécessaire d'apporter des changements au système; les parents, les experts et les fournisseurs de services l'ont confirmé, et nous essayons de mettre en œuvre ces changements. À partir de maintenant, nous devons nous efforcer de voir les choses selon une perspective différente, axée sur la collaboration, la planification et l'optimisation des changements à mesure qu'ils surviennent.
• Voici un bref message dans laquelle Camille Orridge, chef de la direction du RLISS du Centre-Toronto, discute de l'importance d'une collaboration intensive avec les partenaires et de leur participation au processus de planification, et explique de quelle manière, au final, cette façon de faire profitera aux familles.

Vidéo : Les individus dans la communauté, vivent la plupart de leur vie dans la communauté et ils gèrent leurs propres services. Notre rôle dans la communauté, c'est de les aider, de les soutenir pour qu'ils puissent continuent à y vivre. Nous pensons que les soins en établissement doivent aussi être inclus au programme de soins. De sorte que si les soins en établissement devenaient indiqués, ils soient accessibles en temps voulu. Mais ce qui est plus important pour nous, c'est que lorsque le patient retourne dans la communauté, cette transition soit reconnue et fasse l'objet d'un plan fluide et adapté aux besoins de l'individu. Je conseillerais aux organismes responsables de communiquer avec les RLISS au tout début du processus. Mettez-vous autour d'une même table, vous partagez les mêmes objectifs. Vous travaillez ensemble pour le même patient, et ensemble réglez les problèmes. Aux autres organismes qui travaillent avec l'organisme responsable, je dirais ceci : au final, nous travaillons tous pour la même cause. C'est pour améliorer les résultats et les services par rapport à ce client, et que ce soit là notre motivation qui nous permette d'aborder nos différences, et ne pas porter atteinte à la prise en charge des patients.

Diapositive 21 : (présentateur 2) « D'autres LDEP seront-elles publiées? »

Diapositive 22 : (présentateur 1) LDEP à venir
• Oui. Le ministère prévoit publier d'autres LDEP pour former un « ensemble de documents ». Nous espérons être en mesure d'en publier plusieurs autres en 2015.
• Nous ne ferons pas cavalier seul. Le MSEJ travaille de concert avec d'autres ministères, y compris les ministères de la Santé et de l'Éducation, à la planification et à l'établissement des domaines d'application des prochaines LDEP.
• Voici certains thèmes auxquels pourraient s'appliquer les LDEP à venir :
o formulation d'orientations et d'attentes dans le cadre de l'élaboration du Plan de prestation des services essentiels;
o formulation d'orientations et d'attentes dans le cadre de l'élaboration du Plan communautaire de services de santé mentale.

Diapositive 23 : (présentateur 2) « Où puis-je obtenir de plus amples renseignements sur les LDEP et le plan Pour l'avancement de la santé mentale? »

Diapositive 24 : Pour de plus amples renseignements
• Nous diffuserons de l'information à propos des prochaines LDEP au gré de leur élaboration, mais veuillez demeurer à l'affût des messages et mises à jour que le ministère publie sur le page Web du plan Pour l'avancement de la santé mentale et sur le page Web de la communauté en ligne NING.
• L'adresse des sites Web du plan Pour l'avancement de la santé mentale et de la communauté en ligne NING se trouve à : movingonmentalhealth.ning.com/fr
• Vous pouvez toutefois communiquer directement avec nous pour toute question ou demande en nous faisant parvenir un courriel à l'adresse avancementsantementale@ontario.ca. Nous nous ferons y plaisir d'y répondre.
• C'est ici que se termine cette brève présentation sur les Lignes directrices et exigences relatives au programme 01 : Services essentiels et principaux processus.
• Nous vous remercions de votre participation et nous espérons que la présentation vous a permis d'en apprendre davantage. Bonne journée.

Retour à la page