Je suis très fier du fait que, au nom de notre gouvernement et par l'intermédiaire du lieutenant-gouverneur, notre plan Ontario ouvert sur le monde ait été publié aujourd'hui.

C'est un plan qui se fonde sur les valeurs, les atouts et les ambitions des Ontariens et Ontariennes.

Il s'inspire avant tout de la motivation fondamentale qui anime chaque génération d'Ontariens et d'Ontariennes.

Voici venu notre tour de faire tout le nécessaire pour assurer un avenir radieux à nos enfants.

Comme vous le savez, c'est un plan quinquennal.

Nous ne savons pas exactement quand se terminera la récession, ni quand nous ne subirons plus ses effets.

Nous ne savons pas vraiment quel type de croissance se profile après cette récession, mais il y a une chose dont nous sommes certains : nous avons besoin d'être plus forts.

L'Ontario doit devenir plus fort.

Notre plan Ontario ouvert sur le monde permettra d'instaurer de nouveaux fondements pour la croissance, l'emploi et la prospérité - une prospérité qui soit en mesure préserver la qualité de vie des Ontariens et des Ontariennes, basée sur des services publics efficaces.

Nous avons déjà commencé à travailler sur deux aspects du plan Ontario ouvert sur le monde.

Tout d'abord, nous réformons la fiscalité afin de la rendre moderne et performante.

Ce système fiscal devrait créer 600 000 nouveaux emplois et apporter aux entreprises 47 milliards de dollars d'investissements.

Parallèlement, nous réduisons l'imposition sur les revenus des particuliers et des entreprises, et instaurons une taxe de vente harmonisée.

La deuxième mesure consiste à renforcer le secteur de l'énergie propre, afin qu'il soit en mesure de répondre aux besoins de la province, mais aussi à ceux de toute l'Amérique du Nord.

La Loi sur l'énergie verte doit permettre de créer 50 000 nouveaux emplois dans le secteur de l'énergie propre.

L'accord conclu avec Samsung n'était que le premier, même si, comme vous le savez, c'est aussi le plus important de ce programme, avec sept milliards de dollars d'investissements, la production de 2 500 mégawatts d'énergie éolienne et solaire pour l'industrie, et la création de 16 000 emplois.

La prochaine étape dans l'économie verte est l'eau, et plus précisément, l'eau, les technologies et les services qui permettent aux habitants de la planète de conserver une eau propre et d'assainir l'eau polluée.

Nous savons que, au cours des 20 prochaines années, la demande en eau dépassera d'environ 40 pour cent l'approvisionnement actuel.

Nous savons également que, pour l'heure, c'est un marché mondial qui pèse 400 milliards de dollars et qui double tous les cinq à six ans.

C'est donc un immense défi pour la planète et une formidable opportunité pour l'Ontario.

La province possède l'une des plus importantes industries de traitement de l'eau en Amérique du Nord et plus de 22 000 Ontariens et Ontariennes travaillent d'ores et déjà dans ce secteur.

Notre objectif est d'œuvrer avec les entreprises du secteur afin de faire de l'Ontario la capitale nord-américaine de l'eau propre.

Nous voulons réaliser pour l'eau propre ce que nous avons déjà réalisé pour l'énergie propre.

Le quatrième aspect du plan vise à améliorer l'éducation supérieure.

Tout le monde sait que dans l'économie du savoir, c'est le savoir qui prime.

Nous sommes fiers d'avoir créé 180 000 places supplémentaires pour les étudiants ontariens dans nos collèges et universités, ainsi que dans nos programmes d'apprentissage.

Soixante-deux pour cent des Ontariens et des Ontariennes ont terminé leurs études postsecondaires, ce qui est un excellent résultat.

Vous m'avez déjà entendu dire que cela représente 20 pour cent de plus qu'aux États-Unis et le double du Royaume-Uni. Mais ce n'est pas suffisant, car nous savons que 70 pour cent des emplois qui seront créés nécessitent une formation postsecondaire.

Nous allons donc prendre quelques mesures pour atteindre cet objectif.

Nous commencerons dès septembre par la création de 20 000 places supplémentaires dans nos collèges et universités.

Nous allons ouvrir notre système d'enseignement à l'apprentissage en ligne, avec la création de l'institut ontarien d'enseignement en ligne.

Nous allons également l'ouvrir aux étudiants étrangers, ce qui est bénéfique pour ces étudiants, mais aussi pour les étudiants ontariens, qui seront enrichis par les contacts avec des jeunes d'autres régions du monde.

C'est aussi un enrichissement pour le système éducatif dont bénéficieront les étudiants ontariens, tandis que les étudiants étrangers diplômés dans notre province auront plusieurs options.

Ils pourront rester ici et contribuer à notre croissance économique, ou rentrer chez eux et devenir nos partenaires dans l'économie mondiale.

Nous serons gagnants dans tous les cas, et eux aussi.

Le cinquième aspect du plan consiste à renforcer le secteur des services financiers.

L'Ontario est déjà le troisième centre financier d'Amérique du Nord.

Le secteur emploie 350 000 personnes à Toronto et 625 000 dans toute la province.

Et, tout le monde le sait, nous venons de gagner en prestige, puisque nos banques sont considérées comme les plus solides au monde.

Ce n'est pas moi, ni nos banques, qui l'affirment. C'est le monde entier qui l'affirme.

Nous allons maintenant travailler avec les acteurs du secteur à tous les échelons de l'administration dans l'objectif de faire de Toronto l'un des meilleurs centres financiers du monde.

Enfin, nous allons développer l'économie du Nord de l'Ontario grâce à l'exploitation du Cercle de feu.

C'est une nouveauté pour beaucoup d'Ontariens et d'Ontariennes vivant dans le Sud, mais c'est un projet que les habitants du Nord envisagent depuis plusieurs années.

Le Cercle de feu est une région du Nord-Ouest de l'Ontario qui possède l'un des plus vastes gisements de chromite du monde.

La chromite est employée dans la fabrication de l'acier inoxydable, pour lequel il n'existe aucun substitut. Et le Cercle de feu est le seul gisement nord-américain.

Nous allons travailler avec tous nos partenaires du Nord, notamment les communautés autochtones et les entreprises du secteur minier afin de créer les opportunités et les emplois qui découleront d'une exploitation du Cercle de feu respectueuse de l'environnement.

Voilà, vous savez tout sur notre plan Ontario ouvert sur le monde.

Et par cette belle journée de printemps, je ne peux envisager de meilleur moyen pour les Ontariens et les Ontariennes d'avancer ensemble vers l'avenir et de l'envisager comme un horizon d'opportunités et de promesses.

Retour à la page